prev next
imprimer

Rodrigo García

Muerte y reencarnacíon en un cowboy

Les 11 - 12 octobre à 20h30
Du 11  au 12 octobre

La Criée - Théâtre National de Marseille

Durée : 1h30

Spectacle en espagnol surtitré en français

24€ / 14€ / 12€

Une proposition de Rodrigo García // Avec : Juan Loriente, Juan Navarro et Marina Hoisnard // Lumières : Carlos Marquerie // Direction technique : Roberto Cafaggini // Son : Vincent Le Meur // Régisseur général : Jean-Pierre Timouis // Production de tournée : Diego Lamas

« C’est une pièce sur les cowboys.
Mais non, avec des cowboys. Il n’y en a que deux à ce qu’on m’a dit, et encore, ils sont à pied. Il n’y a pas de chevaux sur scène ? Pas de chevaux. Juste un carton rempli de poussins. Ah ça, des poussins il y en a, mais de chevaux, aucun.
Des poussins ?
Absolument. Non mais en fait il y a une sorte de cheval mais ce n’est pas un vrai. C’est une machine qui tourne sur elle-même et sur laquelle on peut grimper comme si on faisait du rodéo.
Et donc, les cowboys ?
Eh bien en fait au début ils n’ont pas encore leurs chapeaux ni leurs lunettes miroir, au contraire, ils sont nus ou presque et ils se roulent dans un corps à corps sur le sol comme s’ils allaient mourir, ils se contorsionnent de douleur ou d’ivresse et ils ont sur la tête des cagoules noires qui font de la musique parce qu’il y a des grelots cousus dessus. Ils ont l’air assez désespérés et déjantés. Prêts à tout, à toutes les expériences.
Mais à la fin ils discutent sérieusement, comme s’ils s’étaient assagis, et en fait ils parlent du rire comme quelque chose qui n’est plus spontané et qui est devenu le signe d’une crispation.
Hum. Et en fait ça parle de quoi au juste ?
Ah écoute, de beaucoup de choses… ce n’est pas présenté comme ça de toute façon.
Mais quel est le message ?
Mais enfin, tu ne comprends rien ? Ce n’est pas comme une publicité où on t’assène un slogan à la fin ! Et puis tu verras bien. »
Valérie Mréjen

« Muerte y reencarnación en un cowboy est une oeuvre troublante, interprétée avec une intensité extraordinaire et soutenue par une écriture d’une extrême lucidité, qui, entre autres choses, impose la certitude que « quand le désastre gronde, le désastre arrive ».
Fernando Castro Flórez

En coréalisation avec La Criée – Théâtre national de Marseille // Production : La Carnicería Teatro (Madrid), Théâtre National de Bretagne

Photo : © Christian Berthelot

Rodrigo García
son / vidéo Biographie(s) associée(s) : Rodrigo García