prev next
imprimer

Ali Chahrour

Leila se meurt

Le 6 octobre à 19h30
Le 6  octobre à 19h30

La Friche la Belle de Mai

Durée : 1h15

15€ / 10€ / 8€

Chorégraphie et mise en scène : Ali Chahrour // Avec : Ali Chahrour et Leila Chahrour // Assitante à la mise en scène : Haera Slim // Musiciens et composition originale : Ali Hout, Abed Kobeissi // Dramaturgie : Junaid Sarrieddine // Scénographie : Nathalie Harb // Lumière : Marco Pinarelli // Costumes : Bird on a Wire // Traduction française : Christel Khodor

Après avoir attendu la nuit en vain pour qu’ils passent.

Leila prépare les noces macabres.

Elle rassemble ses tristesses et les chante en poème.

Elle déterre ses lamentations et ses youyous.

Elle dépoussière sa gorge.

Elle rassemble ses hommes, ce soir elle monte sur scène.

Embrassant le corps perdu du héros de la maison familiale, Leila se réapproprie l’intimité de la séparation et l’essence du moment. Elle pleure ceux qu’elle aime, elle les pleure comme mère, comme femme, comme sœur. Elle les pleure comme héros martyrs qui sont partis au printemps de l’âge, remettant en question l’idée du martyr et de l’appropriation politique de la mort et des nouveaux standards de la mort en martyr.

Leila se meurt est une cérémonie célébrée par une pleureuse, un danseur et deux musiciens. C’est une histoire tissée par les vers de poésie, les lamentations, les youyous de femmes et l’amour de corps qui ont rejoint la terre. Le travail se base sur les célébrations de la mort héroïque et la mort en martyr en s’appuyant sur des chants et des lamentations poétiques ; une matière qui documente un héritage culturel en voie de disparition. Prenant comme point de départ les rituels funéraires de la communauté shiite, les rituels d’Achoura et les lamentions des Gens de la Maison en particulier, Leila se meurt questionne la relation du corps avec la religion et ses rituels et la qualité du mouvement local qui en découle.

Production : Haera Slim
Avec le soutien de : Institut Français de Beyrouth, Zoukak Theatre Company (Beyrouth), Houna center & l’Onda – Office national de diffusion artistique

Photo : © Gilbert Haj

Ali Chahrour
son / vidéo Biographie(s) associée(s) : Ali Chahrour