prev next
imprimer

Andy Guérif

Maestà, la passion du Christ

Le 5 octobre à 20h30
Le 5  octobre à 20h30

Cinéma Les Variétés

Durée : 1h

6€

Film en version originale
Sortie nationale le 18 novembre

Réalisateur : Andy Guérif // Scénariste : Andy Guérif // Décors : Andy Guérif, Simon Grossin // Costumes : Maryvonne Guérif, Audrey Gohaux, Violaine Paul-Azard // Montage : Cécile Pradère // Etalonnage : Julien Bisschop // Ingénieur son : Gwenaël Labarta // Montage et mixage son : Mickaël Barre // Directrice de production : Claire Bonnefoy // Assistantes de production : Nora Barbier, Johanna Bourson, Camille Chandellier, Mathilde Trichet // Produit par : Thierry Lounas // Interprètes principaux : Jérôme Auger (Jésus), Mathieu Bineau (Jean), Jean-Gabriel Gohaux (Mathieu), Paul Beneteau (Mathieu), Guillaume Boissinot (Philippe), Pierre Josse (Pierre), François Guindon (Simon), Gregory Markovic (Thomas), Emmanuel Rodriguez (Judas), Damien Guérif (Judas), Sébastien Raud (Jacques Le Majeur), Xavier Barbarit (Jacques Le Mineur), Gautier Pallancher (Ponce Pilate), Clémence Henry (Marie-Madeleine), Emmanuelle Cosset (Marie), Alain Virieux (Anne), François Pichon (Hérode), Jean-Luc Herault (Caïphe)

De la peinture de Duccio di Buoninsegna, Andy Guérif nous avait déjà donné une lecture inattendue avec Cène (FID 2004), le célèbre panneau peint prenant littéralement corps sous nos yeux. Nous voici à nouveau avec le grand œuvre du Siennois peint à l’orée du XIVe siècle, immense polyptique avec Marie en majesté, La Maesta. Que faire d’un tel monument, aujourd’hui ? Tel est ici le projet : tracer des possibles, de la peinture vers le cinéma, de la narration gothique à l’imagerie contemporaine. De ce retable monumental, foisonnant, le cinéaste retient les 26 panneaux du verso narrant la Passion du Christ. Et nous voilà pris dans l’image, son mouvement, à suivre, d’une vignette à l’autre, le cheminement interne complexe, insolite, du tableau. S’enchaînent les séquences de la Passion réinterprétées successivement. Méticuleusement reconstitués, les décors, d’abord vides de personnages, un par un s’animent du brouhaha de ceux qui s’y installent, puis, miracle : arrêt sur image. Et, à nouveau, ce petit monde quitte la scène à destination de la vignette suivante. Ainsi le tableau se fait en cheminant, chaque image devenant l’acmé figée de cet ensemble dont on a sous les yeux les stases passées comme nous devinons les images à venir. Double mouvement de souvenir et de projection, où le montage en splitscreen dialogue avec le procédé narratif du trecento, où, d’une image à l’autre, les figures du temps et de l’événement se télescopent. Inactuel et contemporain. (NF)

Production et distribution : Capricci

En partenariat avec le Cinéma Les Variétés & le FID Marseille

Photo : © Andy Guérif

Andy Guérif
Biographie(s) associée(s) : Andy Guérif