prev next
imprimer

Nicolas Clauss

Agora(s)

Du 29 septembre au 18 octobre, du mardi au dimanche, de 13h à 19h - et jusqu'à 22h les soirs de spectacle à la Friche
Du 29 septembre  au 10 octobre

La Friche la Belle de Mai

Entrée libre

Dans le cadre de l’exposition PRÉTEXTE #2

Conception et réalisation : Nicolas Clauss // Soutien multimédia : NAO<=a(TNK)

Agora(s) est une installation visuelle et sonore, générative et immersive. Elle se déploie sur cinq écrans de mètres de large (16/9).

Réunissant plus de 250 séquences de trois secondes de l’espace public, filmées dans une douzaine de lieux à travers le monde, la pièce explore le rapport plastique des corps individuels aux masses qu’ils forment en rendant ce rapport "chorégraphique" dans une recherche sur le mouvement, la répétition et la dilatation du temps filmique.
Les séquences filmées qui composent l’installation se jouent suivant une partition générative et semi-aléatoire. L’œuvre, qui explore et déconstruit la durée filmique, n’est ni figée ni linéaire, elle se déploie de manière infinie pour se renouveler sans cesse.

Agora(s) s’intéresse aux anonymes réunis dans l’espace public, formant des groupes de circonstances, agrégés par le hasard dans un même temps et un même lieu.
Les lieux filmés, géographiquement, culturellement, économiquement différents, sont autant de lieux de vie, de rencontres et de passage, autant de modes d’occupation de l’espace public et de cohabitation des corps… des places, des parcs, des plages ou encore des parvis où se jouent, se superposent et se télescopent une multitude de scènes de la vie quotidienne ; où passants, badauds, personnes assises ou stationnant viennent marquer l’image de leur présence chorégraphiée par la machine.

Le spectateur est invité à tisser des liens inédits, poétiques ou concrets, entre les individus anonymes qu’il regarde. Il se retrouve ainsi plongé au cœur d’une Agora universelle dont les différents acteurs vibrent à l’unisson.

Entre photographie et cinéma, anthropologie visuelle et esthétique des foules, l’œuvre installe une relation contemplative entre les scènes filmées et le spectateur. Elle l’immerge dans ces corps d’anonymes généralement croisés pour être oubliés mais qui sont ici fixés dans une étrange durée, dans un mouvement infini, répétitif et chorégraphique.

Coproduction : Les Quinconces l’Espal scènes du Mans, Actoral, Seconde Nature
En partenariat avec l’Institut Français de Hanoï, Institut Français Chine, l’Alliance Française de Bangalore, l’Institut Français de Bogota, l’Institut Français de Barcelone, l’Institut Français de République de Corée et Air France.
Avec la complicité de l’Institut Français de New York, de Zinc, des Instants vidéo et de l’Alliance Française de Trivandrum.
Remerciements : Jean-Jacques Birgé pour les pizzicati de violoncelle

Photo : © Nicolas Clauss

Nicolas Clauss
Diaporama son / vidéo Biographie(s) associée(s) : Nicolas Clauss