prev next
imprimer

Christian Jankowski / Alexandre Gérard

The Hunt / The Holy Artwork

Du 28 septembre au 10 octobre à partir de 11h
Du 28 septembre  au 10 octobre

Montévidéo

Entrée libre

Projections de 11h à 23h

The Hunt (1992-1997)


The Holy Artwork (2001)

Vidéos de Christian Jankowski

Christian Jankowski est né en 1968 à Göttingen (Allemagne). Il vit et travaille à New York et Berlin.

Chez Christian Jankowski, art et réalité entretiennent d’étroits rapports de connexion voire d’interconnexion. Non seulement il introduit au sein de ses travaux, des groupes et des individualités qui ne sont pas traditionnellement associés à un quelconque devenir artistique, mais il joue surtout avec une certaine image des situations quotidiennes, celles de la vie de tous les jours et sur divers événements de la culture populaire, notamment télévisuels. Il opère ainsi d’incessants allers-retours entre réel et artificiel ou fictionnel, en insistant sur un décalage entre la présentation et le contenu. Il interpelle notre voyeurisme, pour mieux aborder des thèmes sociaux, sentimentaux, ou des récits personnels qu’il médiatise et met en scène. Au travers de structures performatives, il vient bouleverser le quotidien, déranger l’ordre social, parasiter les règles admises. L’œuvre de Christian Jankowski fait preuve d’un intérêt sans cesse renouvelé pour le dialogue, la communication, l’échange et pour ce qui paraît, a priori, incongru. Elle combine la démarche des happenings, comme phénomène participatif et empirique auquel se mêle l’esprit de Fluxus voire celui de Dada.


Alexandre Gérard

Alexandre Gérard est né en 1975 à Marseille.

« Alexandre Gérard mène un travail sur le sens diversifié, à la fois drôle et inquiétant. »
Arnaud Labelle-Rojoux

Notre perception des choses est partielle et brouillée, d’où la nécessité d’un constant travail de décodage, plus ou moins couronné de succès. J’essaye notamment de relater l’hermétisme que présentent nombre d’objets du quotidien, dans la mesure où ils sont perçus dans leur littéralité (dans la rue, une enseigne à laquelle manquent une ou plusieurs lettres devient, face au passant distrait, un sujet d’hésitation momentanée). Outre les pièces présentant des objets isolés, et majoritairement ready-made (relatés, le plus souvent, sous forme de traces photographiques, d’enregistrements audios, ou d’enregistrements vidéos), d’autres travaux ont comme point de départ la mise en place, dans des lieux publics, d’éléments face auxquels les gens n’ont pas l’habitude de réagir. Le produit de ces expérimentations est généralement retracé par le biais de documents vidéos. Dans File d’attente (5’, 2000), par exemple, je suis filmé, en caméra cachée, dans la file d’attente d’une banque, une plaque de verre sous le bras. Je feins de lâcher involontairement la plaque qui se brise bruyamment au sol. On assiste alors aux diverses réactions des personnes présentes (sursauts de frayeur, têtes levées au plafond, apaisement, blagues...), jusqu’à ce que l’animation créée par l’événement retombe, et que la queue reprenne son cours silencieux. Mon intérêt pour les notions de doute, d’hésitation, de perte de contrôle, et de stupeur, m’a amené à recenser certaines situations fréquentes où la maîtrise des codes et des signes vacille. Ces situations sont présentées sous la forme de reconstitutions où interviennent le texte, le dessin, et la photographie. J’ai également réalisé des vidéos où l’on peut observer, sur le vif, les comportements similaires de différentes personnes, dans quelques-unes de ces circonstances.

Une proposition de Rémi Bragard

Photo : © CHristian Jankowski

Christian Jankowski / Alexandre Gérard