prev next
imprimer

Julien Mabiala Bissila

Crabe rouge

Les 29 & 30 septembre à 20h30
Le 29  septembre à 20h30

Théâtre des Bernardines

Durée estimée : 1h10

12€ / 8€

Par : la compagnie Nguiri-Nguiri théâtre // Scénographie & lumière : Simon Moumbounou // Costumes : Alvie Bitemo // Distribution : Alvie Bitemo, Richard Mahoungou, Sorel Boulingui, Julien Mabiala Bissila

Eva Doumbia, artiste associée au Théâtre des Bernardines, élabore la plupart de ses projets entre plusieurs pays africains et la France. Lors de son dernier spectacle Nous ne payerons pas l’oxygène de Aristide Tarnagda créé en avril 2009 aux Bernardines, l’acteur et auteur congolais Julien Massilia Bissila a donné une première lecture du Crabe rouge.

à propos
BIBICHE, l’ex-épouse du maire et sa bande envahissent le « Crabe Rouge », le bar le plus chaud de Diata ville (un quartier de Brazzaville).
Un seul objectif : sauter une bière et suivre à l’écran le feuilleton de l’année (la traversée d’enfer de 1998 1999, évocation du drame du Beach pendant la dernière guerre civile, qui a coûté la vie à plusieurs centaines de personnes, noyées sur ordre des autorités).
Mais rapidement, la bande se heurte à une nouvelle loi ; « l’interdiction formelle de prendre la bière sur toute l’étendue du pays tant que les génocidaires (l’ex-président et son premier ministre) ne sont pas arrêtés. Signé monsieur le maire ». Censure ? Abus de pouvoir ? Ainsi une seule chose tourne dans la tête de la bande : accoucher un système pour casser la gueule à cette putain de loi, mais sans perte de sang.

Le texte n’obéit pas à la dramaturgie classique, il est construit comme un collage, où actions racontées, scènes jouées, pensées des personnages croisent décrochage des comédiens qui exposent leurs problématiques (comme les coupures d’électricité omniprésentes dans cette ville traversée par l’un des fleuves les plus puissants du monde). La temporalité n’est pas linéaire, nous sommes très loin de la règle des trois chères au classique.
Par ailleurs, malgré un propos dur, l’humour est toujours là, le grotesque, le ridicule mis en avant.

Compagnie Nguiri nguiri Théâtre
Née des cendres du « théâtre de la réconciliation » de M’filou (Brazzaville), la compagnie « Nguiri nguiri Théâtre » a été créée le 1er septembre 1994 au centre de formation et de recherche en art dramatique de Brazzaville. Elle est enregistrée au niveau de la Direction Départementale des Arts et de la Culture du Kouilou sous le N° 684/DRCAK /99.
Les membres de la compagnie ont bénéficié de nombreux stages de formation à l’Institut National des Arts de Kinshasa et au centre de formation et de recherche en art dramatique de Brazzaville. Forte de ces expériences, la compagnie Nguiri Nguiri Théâtre a créé de nombreux spectacles qui ont fait l’objet de plusieurs tournées internationales.

Pendant la guerre de Brazzaville en 1997, la compagnie s’est réfugiée à Dolisie. Bénéficiant d’une résidence de création au centre Salangolo de l’Eglise Catholique de la localité, elle a créé le festival de théâtre « Saison Théâtrale du Chaillu » (SATHEC), dont la première édition a eu lieu du 7 au 15 septembre 1997 à Dolisie même.

En décembre 1998, la ville de Dolisie bascule à son tour dans les tourments de la guerre. Contrainte une fois de plus à l’exode, la Compagnie Nguiri nguiri Théâtre s’est égarée une année durant dans le « sexe » de la forêt du Mayombe. De cette errance est né le spectacle « Ça tire », satyre de la tragédie congolaise de ces dernières années.

Les comédiens

Alvie Bitemo
Comédienne, chanteuse et costumière a joué dans plusieurs créations dont : Le Musée de la Honte et La Dernière Chance de Julien Mabila Bissila, L’envers du ciel et Femmes Crues de Pierrette Mondako, Banc de Touche de Dieudonné Niangouna, Noces Noires de Fargass Assandé, elle a lu Les larmes du ciel d’août d’Aristide Tarnagda dirigée par Eva Doumbia, songui-songui mise en scène de Jean Paul Delaure.

Sorel Boulingui
Comédien, a joué dans Verre à Vapeur, Terre de Sang, Les Plaies de la Honte de Jean Jules Koukou, Le Musée de la Honte, La Dernière Chance de Julien Mabiala Bissila, Vermeer Beau Bleu de Victor Witorski mis en scène par Clovis Ngoubili, Le Cid de Corneille mis en scène par Jean Jules Koukou.

Simon Moumbounou
Régisseur lumière, vidéaste, et scénographe, a participé à : Le Procès de Père likibi d’Emmanuel Dongala mise scène de Julien Mabiala Bissila, Le Musée de la Honte, La Dernière chance de Julien Mabiala Bissila. Simon Moumbounou a été conseiller technique dans Patati Patata de Dieudonné Niangouna, et a créé plusieurs lumières dans des spectacles de danse et de marionnettes. Actuellement, il est régisseur général du festival Mantsina sur scène.

Une proposition du Théâtre des Bernardines.

Photo : © Baudouin Mouanda

Julien Mabiala Bissila
Diaporama Biographie(s) associée(s) : Julien Mabiala Bissila