Tous les artistes | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | Z
imprimer

Pierric Bailly

Placer Michael Jackson, second roman de Pierric Bailly après Polichinelle, dans la lignée d’Une Education Sentimentale de Flaubert serait un tantinet écrasant. D’autant que, pour filer la métaphore normande, Luc, le narrateur, n’est qu’un peu Pierric Bailly. Et ce « peu », ce n’est pas rien. C’est toute la distance qui permet à Pierric Bailly d’explorer cette période initiatique qu’est l’entrée dans l’âge adulte sans sombrer dans des écueils générationnels, toucher à une certaine universalité. Ce « peu », c’est aussi ce qui donne à son roman une proximité, une ouverture et une absence de complaisance vis à vis de son sujet. Mais c’est également ce qui donne la couleur d’une époque, ce dont on se contente, et permet ce léger décalage qui accompagnent les mutations réussie et les plaisirs sincères. Et Michael Jackson dans tout ça ? La réponse à cette question tient peut être dans cette phrase d’un autre chanteur, Christophe : « Le succès fou ce n’est pas la voiture, le succès fou c’est la chevelure  ».

Photo : © Hélène Bamberger / POL

Bailly
Projet(s) associé(s) : Michael Jackson - Actoral.11